Témoignage

Léopoldine Fonrose
39 ans, « tricoteuse » de dreadlocks », pratique le Yoga Bikram depuis septembre 2014. En partance pour la prochaine session de Teacher Training en mai prochain !
Qu’est-ce qui t’a influencé à essayer le Yoga Bikram ?
J'avais envie d'essayer le yoga depuis longtemps mais lequel, où, avec qui ? Je ne parvenais pas à passer à l'action. Un dimanche, une amie qui pratiquait m'a proposé d'essayer. J'ai dit oui, dès que j’ai entendu yoga. Le fait qu'il se pratique à cette température m'a vraiment intriguée mais je n'ai pas eu le temps de trop anticiper.
A quelle fréquence pratiques-tu ?
Je pratique 3 à 4 fois par semaine.
Quels sont les changements repérés depuis ta pratique ?
Il me fallait probablement 40 degrés pour calmer le tumulte dans mon esprit, dans un premier temps, uniquement dans la hot room, puis dans d'autres situations quotidien. Apaisée plus souvent, je me suis sentie renforcée dans une singularité que je pensais être une tare. Je suis devenue plus sympa avec moi et plus résistante face à l'adversité. Je me décourage bien moins vite et les vicissitudes du rapport à l'autre m'atteignent moins.
Je partais de loin parce que je n’avais pratiqué aucune activité physique depuis la naissance de mon fils qui a 14 ans ! J'ai souhaité au fil du temps que ma pratique soit plus harmonieuse et j'ai accepté de changer pas mal d'habitudes que je pensais définitivement ancrées. Ce sont plusieurs micro changements qui ont entraîné une amélioration de mon hygiène de vie en général. Je souffrais de toutes mes petites articulations, très sollicitées par mon travail. Je m'étais tellement habituées à ces douleurs et j'ai mis du temps à réaliser que je ne les ressentais plus.
La pratique m'a permis d'intégrer l'harmonie qui existe entre une bonne santé physique, mentale et sentimentale !
Citez des adjectifs pour décrire les ressentis pendant et après la pratique ?
Pendant, je me sens protégée, à ma place, concentrée. Après : rassérénée, humble, déterminée.
Organises-tu ta vie un peu différemment depuis ta pratique ?
Oui, vraiment. Je ne peux pas aller pratiquer dans n'importe quelles conditions. Au début de ma pratique, hors de la hot room, résonnait en moi, une phrase que répètent souvent les profs " Venez solidement hydratés et alimentés". J'essaie de m'y tenir. Je m'efforce à aller me coucher à une heure raisonnable les veilles de pratiques. C'est une pratique qui fait du bien précisément parce qu'elle déborde positivement sur le quotidien, mon alimentation et mon rythme de sommeil s’en sont trouvés améliorés.
Tes besoins alimentaires ont-ils changé ?
Oui, je ne sais pas encore pourquoi mais après une classe de bikram, j'ai des envies précises de choses saines. Je repars parfois avec une solide envie de carottes rapées et ça c'est inédit pour moi car je suis très gourmande. Je fais donc les courses différemment. J'ai ajouté certains aliments et diminuer certains autres, je bois trois fois plus et j'essaie de manger à des heures plus régulières.
Que dirais-tu à ton entourage pour qu’il essaie la pratique qui te tient à cœur ?
Il y a un an, j'aurai été insistante. Le bikram m'a fait tellement de bien, qu'au début de ma pratique, je ressentais comme une urgence pour chacun de nous, à pratiquer. Aujourd'hui, je dirais "Fais toi le cadeau d'essayer quand tu voudras".
Qu’est-ce qui te plaît au Studio ?
Le fait d'avoir toujours, toujours l'impression d'être la bienvenue.
Considères-tu qu’il y a vraiment un avant et un après Yoga Bikram ?
Oui. Dans l'après, il y a plus de joie.
Quels sont les mots/concepts/ instructions clés que tu retiens de la pratique ?
régularité, humilité, persévérance.
Que te dis-tu pendant les moments difficiles ?
"Commence par aller pratiquer !"
Quel est ton asana / posture de prédilection et la plus redoutée (pourquoi ?) ?
C'est la même ! Au début de ma pratique, je redoutais véritablement le triangle qui arrive en plus au moment de la série où je ressens une baisse d'énergie. Je rentrais crispée dans cette posture que je ne comprenais pas et elle semblait durer une éternité, entre peur de finir écartelée et découragement. J'ai rêvé qu'elle disparaisse de la série ! Un jour, Florence m’a dit que je devrais faire du triangle... un ami... J'ai écouté et ai essayé cette posture partout où l'espace le permettait et j'ai progressé. Mon triangle n'est pas parfait mais il est dans ma « friend-zone ». C'est devenu ma posture de prédilection parce qu'elle me rappelle de ne pas céder au découragement.
Aujourd’hui, c'est ma jauge, si je tente les 4 triangles en classe, c'est que ça va.